Offre d emploi sportConsulter offre d emploisport emploiEmploi et formationOffre d emploi - autre ressourcesemploi sport service

Interview de Richard DACOURY (2ème partie)

Richard DACOURY

Richard Dacoury, né à Dakar en 1959, est le sportif français le plus titré, tous sports confondus. De la fin des années 70 jusqu'en 1996, il a été le joueur phare du club de basket du CSP Limoge avec qui il a remporté huit titres de Champion de France, sept Coupes de France, deux Coupes Korac, une Coupe des Coupes et un Championnat d’Europe. Il mit un terme à sa carrière, pour cause de blessure, en 1998 alors qu’il évoluait au Paris SG avec lequel il gagna son neuvième et dernier titre national en 1997. Aujourd’hui consultant basket sur TPS Star, il revient pour Sport avenir sur sa passion pour son sport et sur ses multiples activités post-basket.

 

6- Sachant que le basket est un des cinq premiers sports français en terme de licenciés, comment jugez vous sa promotion au niveau national ?

Il est même, je crois, deuxième derrière le football.
Il est vain et inutile de revenir sur les erreurs ou manquements passés dans ce domaine. Seuls le présent et l’avenir doivent compter. Dans un premier temps, c’est le partenariat entre TPS et le basket français qui est le moyen le plus objectif de faire la promotion du basket français. C’est aussi, à horizons plus lointains (en 2005), à cause de sa non qualification aux J.O, l’équipe de France, qui du fait de son réel potentiel et ses exploits à venir (on croise les doigts), devrait permettre au basket de jouer dans la cour des sports dits « majeurs ».


7- On peut presque dire, que c’est la NBA qui fait la promotion du basket en France avec la présence cette année de 5 français dans la ligue outre Atlantique.

Oui, et la NBA est une véritable machine de guerre dans ce domaine. A nous de profiter de cette vague, de surfer sur elle adroitement, pour tourner le projecteur sur notre sport. C’est ce que nous tentons de faire sur TPS Star et Infosport avec notre couverture hebdomadaire du championnat de France.


8- N’y aurait il pas de grandes choses à réaliser surtout avec le vivier de talents actuels ou en devenir dont dispose notre pays ?

C’est sûr. La génération actuelle, et même à venir est particulièrement intéressante et peut être, la plus talentueuse jamais vue en France. Les garder en France serait un plus indéniable pour l’intérêt du basket hexagonal. Mais le pouvoir d’attraction de la NBA, avec sa superbe organisation, son jeu spectaculaire et ses dollars, est beaucoup trop fort et le basket français ne peut que se résigner à voir partir régulièrement et inexorablement ses meilleurs éléments. Cette forme de « pillage » est, si l’on veut positiver, une sorte d’hommage rendu à l’école de basket française et à ses formateurs !


9- La diffusion du basket a la télé en France est limitée aux chaînes payantes comme Canal+, Sport + ou TPS. Vous qui connaissez le service des sport de France télévision, pensez vous qu’il y ait une place pour le basket sur le service publique ?

Eh bien, il vaudrait mieux poser la question au directeur des sports de France-Télévisions !
Plus sérieusement, la relation entre le basket et France-Télévisions est une longue histoire d’amour (+ de 20 ans) qui traverse une période sensible, durant laquelle une séparation semblait s’imposer, selon un seul point de vue.
Au basket de tenter de reconquérir sa position en mûrissant, en proposant un « produit » plus abouti et plus attractif. Plus facile à dire qu’à faire, je sais, mais une réflexion en profondeur s’impose.
Pour l’heure, on a tout lieu d’être satisfait du partenariat avec TPS, même si l’audience aussi bonne soit-elle sur le câble, ne peut être comparée avec celle du service public.


1 1 2 2  
<< Sommaire interview