Offre d emploi sportConsulter offre d emploisport emploiEmploi et formationOffre d emploi - autre ressourcesemploi sport service

Interview de Jean-Pierre Papin (1ère partie)

Jean-Pierre Papin

Jean-Pierre Papin, « JPP » pour ses fans, a été un buteur hors norme avec ses clubs successifs de Valenciennes, Bruges, Marseille, Milan, Munich puis Bordeaux. Avec l’OM, il est cinq fois meilleur buteur du championnat (180 buts en 215 matchs), quatre fois champion de France, et ballon d’or en 1991. En équipe de France, il a marqué 30 buts en 54 sélections. Jean-Pierre Papin a arrêté sa carrière en 1998.

 

1- Espace Sport : Où en êtes vous aujourd’hui avec votre association « Neuf de cœur » ? Pouvez-nous parler des méthodes de réeducation poir aider les enfants à vaincre leurs maladies ?

Jean-Pierre Papin : Pour les familles qui suivent ces méthodes, c’est simple parce que ce n’est que de la réeducation justement. Et c’est très dommageable aujourd’hui de payer des fortunes pour avoir juste accès à des méthodes que tout le monde pourrait faire en France. Notre but à l’association, c’est d’informer les gens que ces méthodes existent. On essaie de leur réduire le coût au minimum que nous, nous pouvons faire. A partir de là, c’est un choix de famille, un choix de vie.


2- ES : Et quelle est la marche à suivre pour une famille qui souhaite vous contacter et bénéficier de votre aide ?

JPP : C’est justement d’entrer en contact avec l’association et après, avec le contact qu’on aura avec eux et les soucis qu’on apprendra, on les dirigera et on les informera de tout ce qu’il y a. Et ils choisiront, eux, ce qu’ils ont envie de faire.


3- ES : Quels sont les projets développés actuellement dans le cadre de l’association ?

JPP : Des projets, il y en a tout le temps. Des opérations pour gagner un peu d’argent et aider ces familles. Le projet idéal pour nous, ce serait d’avoir pour nous notre propre infrastructure en France, où les familles seraient accueillies par des gens qui peuvent les aider et faire venir ,de l’étranger, les gens qui pratiquent ces méthodes.


4- ES : Il n’y a pas de médecins français qui pratiquent ces méthodes ?

JPP : Non, pas du tout. Aucun.


5- ES : L’idéal, ce serait de les former à cela ?

JPP : Oui, on peut tout envisager de toute façon. Ou des formations, ou les faire venir. Mais ce que je veux faire, c’est le faire dans la légalité ! Ne pas me trouver hors la loi par rapport à ces projets.


  1 1 2 2
<< Sommaire interview