Offre d emploi sportConsulter offre d emploisport emploiEmploi et formationOffre d emploi - autre ressourcesemploi sport service

Interview de Bernard Hinault (partie 1)

Bernard Hinault

Bernard Hinault en quelques dates :
Coureur cycliste français (né à Yffiniac, dans les Côtes d’Armor en 1954)
Champion du monde sur route en 1980, il a notamment remporté cinq fois le Tour de France (1978,1979, 1981, 1982, 1985), trois fois le Tour d’Italie (1980, 1982, 1985), deux fois le Tour d’Espagne (1978, 1983), cinq fois le Grand Prix des Nations (1977, 1978, 1979, 1982, 1984). Il abandonna la compétition en 1986.

 

21- Pour vous, ces facteurs ne sont pas propres au cyclisme mais au sport en général ?

Oui, mais même la vie courante. Tout est mis en avant pour ne pas avoir à se battre plus qu’il ne faut.


22- Peut-on revenir quelques instants sur l’explosion médiatique concernant le dopage. J’aimerais connaître votre avis ?

Je crois qu’il ne faut pas dire explosion, parce qu’on en a parlé beaucoup plus que dans d’autres sports. Si on en parlait pas plus, il n’y aurait pas explosion.


23- Mais en l’occurrence, on en a parlé, et il n’y a jamais de fumée sans feu ?

Et les autres sports, comment se fait il que des sportifs comme des footballeurs soient positifs mais pas dopés, comment font ils ? C’est un problème du sport en général, pas du cyclisme qui est la bête noire, et comme par hasard, cela tombe au moment du Tour de France. Comme il y a rien d’autre à se mettre en face médiatiquement, on en profite et quand l’on sait l’année d’après, qu’il y avait 25 % des journalistes qui n’étaient présents sur le Tour que pour le scandale et non pour le sport, on peut se demander quel était leur rôle, si ce n’est de casser le cyclisme.


24- Merci de nous avoir donné de manière sincère et de l’intérieur votre avis.

Oui, mais je pense que les coureurs ont manqué un peu de sang-froid. Puisqu’il y a avait de nombreux journalistes, il fallait faire une mise au point dès le départ et répondre à ceux qui ne voulaient parler que du dopage, que les sportifs ne souhaitaient parler que du sport et puis au revoir messieurs. Il fallait faire cela. Ils auraient été tranquilles car tout ce raffut, n’est pas très bon pour la concentration.


25- Oui, mais cela ne semble pas devoir s’arrêter puisque le voile n’a jamais vraiment été levé ?

Mais je pense que le public en a ras le bol de tout cela. Quand on voit le nombre de gens sur le bord de la route, on a l’impression qu’ils sont de plus en plus nombreux, ce qui semble vouloir dire qu’ils aiment encore le cyclisme.


1 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 11
<< Sommaire interview