Offre d emploi sportConsulter offre d emploisport emploiEmploi et formationOffre d emploi - autre ressourcesemploi sport service

Coordinatrice aux Championnats du monde de handball

Barbara Nio

Barbara Nio, avec un DEA en poche, c'est un peu par hasard qu'elle se retrouve dans le monde de la fédération des sports de glace, depuis elle alterne contrat sur contrat, profil d'une coordinatrice de choc...

 

1- Comment avez vous été amenée à pratiquer le métier de coordinatrice ?

Je me suis présentée de façon spontanée aux fédérations et aujourd’hui je suis spécialisée dans l’organisation des événements sportifs internationaux. Mon parcours d’études n’a vraiment rien à voir avec les formations proposées pour les métiers du sport.


2- Pouvez nous nous détailler ces études et les raisons qui vous ont poussée à travailler dans le sport ?

J’ai un DEA en histoire politique sur l’Amérique du sud. Mais c’est en tombant par hasard sur une annonce de la fédération des sports de glace (qui, à l’époque, organisait les championnats du monde de patinage artistique à Nice) que ma première expérience, en tant que coordinatrice, m’a été offerte.


3- Vous avez donc été recrutée par une fédération ?

Effectivement, les fédérations organisatrices embauchent en CDD pour une durée de un an à un an et demi. C’est en fait, juste le temps de monter l’événement qui, ensuite, se désactive rapidement (environ un mois). Après le patinage, le challenge fut de retrouver un événementiel susceptible de m’intéresser. Ayant eu un parcours de handballeuse, je me suis tout de suite présentée lorsque j’ai appris que la France préparait la coupe du monde de handball. Ensuite, choisissant la mixité, cette fédération a monté une équipe d’organisation.


4- Qu’entendez-vous par « mixité » ?

Les gens de la fédération ont préféré prendre des « professionnels » expérimentés dans les rencontres internationales, au lieu de monter le programme eux-mêmes. Un comité d’organisation extérieur à la fédération s’est donc crée, regroupant une équipe de cinq coordinateurs avec à sa tête Michel Jacquet qui, lui, était déjà présent lors de l’organisation de la coupe du monde de football.


5- Votre travail est-il toujours accompli en équipe ?

Oui et c’est un des grands attraits de ce travail. A partir de ce noyau dur, on monte le projet en coordination avec les bases fédérales. Pour moi, la réussite du mondial de handball m’a aussi conduite à un prolongement de cinq mois sur mon contrat, cette fois-ci en vue de l’organisation du tournoi de Bercy.


  1 1 2 3 3
<< Sommaire interview